Entrevue avec John Swab, réalisateur de Little Dixie

John Swab
Martin Cid
Martin Cid

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de poser quelques questions à John Swab, réalisateur de Little Dixie, avant la première du film dans quelques jours. Tout d’abord, merci d’avoir pris le temps d’être interviewé et, tout d’abord, chaque chose en son temps : Quelles sensations éprouvez-vous à l’occasion de la première de Little Dixie ?

R : Nous sommes très excités à l’idée de le présenter en première à Rotterdam, puis de le partager avec le reste du monde. Ce sont tous des travaux d’amour. Nous sommes particulièrement fiers de Little Dixie.

Q : Vous faites à nouveau équipe avec Frank Grillo après Ida Red (2021) et Body Brokers (2021). Quelle est votre relation avec la star ? Frank Grillo a-t-il été l’inspiration pour Little ? Qu’est-ce que John Swab y apporte et qu’est-ce que Grillo apporte au film ?

R : Frank est devenu un ami cher et un collaborateur pour moi-même et le producteur Jeremy. Nous le considérons comme notre Charles Bronson des temps modernes. Avec un film comme celui-ci, une histoire d’action à rebours, il semblait parfait de ne pas l’avoir comme Doc. Quand on met une caméra sur Frank, on a l’impression de photographier un animal sauvage. Peu importe ce qu’il fait, je crois que ce sera intéressant à regarder.

Q : A propos du film, nous l’avons vu et la violence brutale qu’il contient attire l’attention et évidemment, les scènes avec Doc dans la voiture et son monologue, des scènes que nous ne pouvons pas oublier. Comment pensez-vous que le public va réagir à ces scènes particulières et à la violence en général dans Little Dixie et dans vos projets de films en général ?

R : Je n’ai aucune attente quant à la réaction des gens… J’adore le film – et la scène à laquelle vous faites référence. J’ai l’impression que les films de ce genre sont soit pour vous, soit pas. Il n’y a pas de juste milieu.

John Swab
John Swab director, Candy Land, Fuori concorso, at the 75 Locarno Film Festival, Tuesday, 09 August 2022. © Locarno Film Festival / Ti-Press / Marco Abram

Q : Le film a un style très précis grâce à la photographie de Will Stone, avec qui vous avez travaillé dans Candy Land (2022). Outre la violence de l’intrigue, le film présente une force et des contrastes très importants sur le plan visuel. Comment avez-vous travaillé sur cet aspect et comment avez-vous planifié les aspects visuels du film ?

R : Après Candy Land, Will et moi avons discuté d’une approche très différente. Avec CL, c’était Hand Held et principalement des lock offs, en essayant d’atteindre ce style visuel daté et de placer le spectateur dans un « temps » spécifique. Avec LD, nous voulions que le film semble plus grand que son budget. Nous savions qu’il serait comparé à des films disposant de 10 fois plus de ressources. Nous avons donc essayé de garder les mouvements fluides avec des mouvements de Steadicam et de Dolly. Il était important que Doc et Cuco aient toujours l’impression qu’ils se dirigent vers le bas, détruisant tout sur leur passage, dans une collision frontale l’un avec l’autre.

Q : Quelles ont été les références et les influences dans vos films en ce qui concerne les thrillers et les films criminels ?

R : Paul Schrader, Peckinpah, Walter Hill, QT, Melville, pour n’en citer que quelques-uns.

Q : Votre premier long métrage était Let Me Make You a Martyr et les stars étaient Marilyn Manson et Mark Boone Jr. Qu’est-ce qui a changé dans votre façon de faire des films depuis ce premier film il y a quinze ans ?

R : J’ai dû vérifier le calendrier pour m’assurer que vous aviez tort et non moi… C’était il y a huit ans, heureusement ! Mais j’ai plutôt l’impression d’en avoir quinze. Je dirais que beaucoup de choses ont changé, mais aussi très peu. Je pense que je suis beaucoup plus efficace pour ce qui est de savoir où je mets mon énergie et quand, il est facile quand vous êtes un réalisateur débutant de perdre du temps dans des endroits qui ne sont pas nécessaires. Je dirais que ce qui n’a pas changé, c’est mon amour de la réalisation de films. Je pense que cet amour n’a fait que se renforcer.

Q : Parlons de l’avenir. Vous travaillez actuellement sur King Ivory, un film basé sur des faits réels concernant le fentanilo, les gangs… Que pouvez-vous nous dire sur ce projet ?

R : Je ne peux pas vous en dire beaucoup, sauf que c’est la meilleure chose que j’ai écrite à ce jour. Jeremy, mon producteur, et moi-même sommes très excités par ce projet. Beaucoup de recherches et de témoignages de première main.

Nous avons également découvert que vous aviez d’autres projets en cours de réalisation, une mini-série sur l’ascension et la chute de Jim et Tammy Faye intitulée Ministry of Greed. Que pouvez-vous nous dire sur ce projet ?

Nous avons un excellent pilote prêt à être lancé, mais nous nous sommes trop amusés à faire des films.

Q : Et enfin, que pouvez-vous nous dire sur John Swab qui vous rend différent et que vous aimeriez nous transmettre ?

A : J’aime la vinaigrette supplémentaire sur ma salade César, Martin… Avec beaucoup d’anchois.

Merci beaucoup. Ce fut un réel plaisir de vous interviewer sur Martin Cid Magazine. Félicitations pour Little Dixie et plein de succès pour l’avenir.

Merci, nous apprécions beaucoup votre soutien à ce sujet ! Je suis sûr que nous nous reparlerons très bientôt.

Martin

Partager cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *