Naotaka Hiro : “Two Worlds”– The Box, Los Angeles

1er juin - 27 juillet 2024

Naotaka Hiro : “Two Worlds”
Lisbeth Thalberg Lisbeth Thalberg

Dans sa dernière exposition avec The Box, Naotaka Hiro explore les racines de son processus artistique, revenant aux débuts de sa pratique lorsqu’il a quitté le Japon pour s’installer en Amérique à l’âge de 18 ans. Le titre, Two Worlds, qui fait référence aux fondements psychologiques de son œuvre, est également le nom de l’œuvre phare de cette exposition. Ce diptyque, composé de deux panneaux monumentaux en bois (108” x 156”), sera installé dans une salle dédiée. Remplissant l’espace de ses abstractions dynamiques en miroir, Two Worlds (2024) matérialise un processus inconscient/conscient en deux étapes, présentées côte à côte.

Les premières œuvres d’Hiro étaient axées sur le cinéma et la performance. En raison des défis liés à la communication en anglais, sa deuxième langue, il réalisait ses œuvres en solo, jouant à la fois le rôle d’acteur et de réalisateur. Cette approche de double fonction, passant constamment de l’acteur au réalisateur, du tournage à la post-production, a été l’origine des « deux mondes » dans sa pratique actuelle. Comme il l’explique lui-même : « Je crois que ma pratique artistique, qu’il s’agisse de dessin ou de peinture, comporte deux étapes. La première étape est plus subjective, intuitive et organique, tandis que la deuxième étape est plus objective et vigilante. Je répète ces étapes plusieurs fois, et presque deux personnalités ne cessent de s’accorder et de se confronter durant le processus de peinture. »

Cette exposition met en lumière les manières dont les idées antérieures émergent de nouveau dans les œuvres récentes de l’artiste : Présentées avec Two Worlds, on trouvera une paire de nouvelles sculptures, chacune basée sur un masque en silicone du visage de Hiro tiré de sa vidéo de 2013, The Pit (Dancer with Golden Lips). Dans cette vidéo, également présentée dans l’exposition actuelle, Hiro porte un masque à l’envers, de sorte que ses lèvres forment un trou à l’arrière de la tête. Fasciné par ce vide indéfinissable et cette inversion étrange, l’artiste a produit une séquence de mouvements de ses lèvres comme une sorte de danse, une étude des parties de nos corps physiques et psychologiques qui ne sont jamais vues ni comprises.

Basées sur ce masque original, les deux nouvelles sculptures exposées — Caving (Bronze) et Two Mouths (Stainless Steel), toutes deux datées de 2013/2024 — mettent en conversation une paire de mondes. Les côtés gauche et droit d’un visage apparaissent comme s’ils appartenaient à deux cosmos différents : deux personnalités coexistent au sein d’un même corps.

Également visible sera la nouvelle peinture monumentale The Swimmer (2024), la plus grande d’une série d’œuvres sur toile non tendue de Hiro, où il utilise son corps comme un outil, enveloppant et intégrant physiquement sa présence corporelle dans la toile, les teintures, les peintures et les bâtons à l’huile via des cordes et des poulies. Décrivant ce processus, il a dit :

« Traverser les 25 pieds de long d’un bout à l’autre avec des sprays et des bâtons d’huile ressemblait à nager dans l’océan, ballotté par les vagues ou escaladant des montagnes et des vallées. L’expérience de monter et descendre sur la toile pliée, de pulvériser des teintures et d’appliquer des coups de bâton d’huile ressemblait à affronter un paysage marin difficile. Les points et les lignes sur la peinture signifient les marques laissées par la lutte avec le matériau et la taille de la toile. En fin de compte, j’avais l’impression de fabriquer un radeau sur l’océan pour me sauver moi-même. Sans cela, je me serais noyé. »

Ensemble, les œuvres de cette exposition sont les témoins de l’endurance et de la présence explosive d’un artiste, témoignant de la puissance et de l’énergie enracinées dans l’exploration par Hiro de deux mondes qui ne sont pas isolés l’un de l’autre mais en perpétuel état de tension et de mutualité.

Naotaka Hiro (né en 1972, à Osaka, Japon) vit et travaille à Los Angeles. Il a obtenu un B.F.A. de l’Université de Californie à Los Angeles en 1997 et un M.F.A. de l’Institut des Arts de Californie en 2000. Ses expositions personnelles incluent In the Ravine à Misako & Rosen, Tokyo (2019) ; Subterranean & Wanderer à Brennan & Griffin, New York (2019) ; et Peaking à The Box, Los Angeles (2016) ; In the Ravine, Misako & Rosen, Tokyo (2019) ; Armor, The Box LA, Los Angeles (2021) ; Green Door, Herald St., London (2021) ; Sand-Man, Bortolami, New York (2022). Ses expositions collectives récentes incluent Seven Stations: Selections from MOCA’s Collection au MOCA, Los Angeles (2020) ; In the Meanwhile… au Santa Barbara Museum of Art (2020) ; 50+50: A Creative Century from Chouinard to CalArts, REDCAT, Los Angeles (2020) ; Le Hanger à Maison de Rendez-Vous, Brussels (2020) ; Made in L.A. 2018, Hammer Museum, Los Angeles ; A Modest Proposal à Hauser & Wirth, New York (2016) ; et Men in LA: Three Generations of Drawings: Naotaka Hiro, Paul McCarthy, and Benjamin Weissman (2014) à The Box, Los Angeles ; New Abstracts: Recent Acquisitions, LACMA (2022), Los Angeles ; Shadow Tracer: Works on Paper, Aspen Art Museum, Aspen (2023) ; Painting Paintings, Museum of Modern Art, New York (2024).

Partager cet article
Suivre :
Journaliste et artiste (photographe). Rédacteur en chef de la section artistique de MCM.
Laisser un commentaire