Qui est Francisco Nicolás Gómez Iglesias, également connu sous le nom de « Petit Nicolas » ?

Le Petit Nicolás ou la Grande Imposture - Netflix
Penelope H. Fritz
Penelope H. Fritz

Dans les annales de l’histoire espagnole, peu d’individus ont autant attiré l’attention du public que Francisco Nicolás Gómez Iglesias. Connu familièrement sous le nom de « El pequeño Nicolás » ou « Petit Nicolas », Gómez Iglesias est devenu tristement célèbre en 2014 lorsque les détails de son réseau élaboré de tromperies et de fraudes ont été révélés.

Francisco Nicolás Gómez Iglesias est né le 18 avril 1994 à Madrid, en Espagne. Élevé par sa grand-mère depuis l’âge de 14 ans, il s’est engagé dans une voie qui l’a conduit à devenir l’un des criminels les plus célèbres d’Espagne. Alors qu’il étudiait le droit à l’université, Francisco Nicolás a commencé à se forger une double vie complexe. Il prétendait avoir des relations influentes dans les milieux politiques et économiques, une façade qu’il utilisait pour exploiter des personnes et des organisations sans méfiance.

L’audace de Francisco Nicolás ne connaissait aucune limite. Il aurait escroqué des dizaines de personnes en leur promettant des affaires lucratives grâce à ses prétendus contacts haut placés. Pour étayer ses histoires inventées, il a loué des voitures de luxe et en a même équipé une d’une lumière bleue semblable à celles utilisées par les unités de police sous couverture. Il s’est donné beaucoup de mal pour maintenir l’illusion, engageant des gardes du corps personnels pour donner de la crédibilité à ses différentes identités.

Mais c’est la capacité de Francisco Nicolás à infiltrer les hautes sphères du pouvoir politique et économique espagnol qui a véritablement captivé l’imagination du public. Il a prétendu s’être fait passer pour un membre du CNI, l’agence de renseignement espagnole, et a même assisté au couronnement du roi Felipe VI en tant qu’invité de marque. Ces exploits audacieux l’ont propulsé sous les feux de la rampe et lui ont valu le surnom de « Petit Nicolas ».

Malgré tous ses efforts pour maintenir sa façade, le réseau de tromperies de Francisco Nicolás a fini par s’effilocher. Le 14 octobre 2014, il a été arrêté par la police nationale pour falsification, fraude et usurpation d’identité. L’enquête qui a suivi a révélé l’étendue de ses activités frauduleuses et le vaste réseau de personnes et d’organisations qu’il avait trompées.

Dans les interviews qu’il a accordées après son arrestation, Francisco Nicolás a fait des déclarations encore plus extravagantes. Il a affirmé avoir travaillé pour les services secrets espagnols, le Centro Nacional de Inteligencia (CNI), ainsi que pour la famille royale espagnole et la vice-présidence du gouvernement espagnol. Il s’est même vanté d’avoir été président de l’organisation de jeunesse du groupe local du parti espagnol Partido Popular.

Les ennuis judiciaires de Francisco Nicolás n’ont fait que s’intensifier dans les années qui ont suivi. En février 2015, il a été arrêté pour n’avoir pas payé sa part d’une facture de restaurant. Ses démêlés avec la justice se sont poursuivis, avec des condamnations ultérieures pour des délits tels que la falsification de sa carte d’identité pour qu’un ami passe les examens d’entrée à l’université en son nom. L’Audience provinciale de Madrid l’a condamné à un an et neuf mois de prison pour ce délit en juin 2021.

En juillet 2021, Francisco Nicolás a été condamné à trois ans de prison pour usurpation de fonctions publiques et corruption active. Le tribunal a cité des « anomalies psychologiques et des retards injustifiés » comme circonstances atténuantes de la peine. Plus tard dans l’année, en décembre, il a été condamné à trois ans et cinq mois de prison pour d’autres délits d’usurpation de fonctions publiques et de falsification de documents officiels.

Le dernier chapitre de la saga criminelle de Francisco Nicolás concerne son projet d’accès à des informations confidentielles contenues dans les bases de données de la police. Il a été reconnu coupable d’avoir créé un système illégal pour obtenir ces données, qu’il comptait exploiter à des fins personnelles dans les milieux sociaux et politiques qu’il fréquentait. Le tribunal de grande instance de Madrid l’a condamné à quatre ans et trois mois de prison pour ce délit, ce qui porte sa peine totale à douze ans et cinq mois.

L’histoire de Francisco Nicolás Gómez Iglesias est une mise en garde contre les dangers de la tromperie et les conséquences qui attendent ceux qui manipulent les autres à des fins personnelles. Ses exploits audacieux et sa capacité à infiltrer les plus hautes sphères de la société espagnole ont captivé l’imagination du public, mais son réseau de tromperies a fini par s’effilocher, entraînant une cascade de répercussions juridiques.

L’Espagne revient sur l’ascension et la chute du « petit Nicolas » et rappelle que personne n’est au-dessus de la loi et que la vérité l’emportera toujours. L’histoire de Francisco Nicolás constitue un avertissement sévère pour les personnes tentées par l’attrait de la tromperie et de la fraude, en soulignant les graves conséquences qui attendent ceux qui choisissent cette voie.

Étiqueté :
Partager cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *