La mort mystérieuse de Danny Casolaro : démêler une conspiration politique

Danny Casolaro. By unknown - http://survivethejivealive.blogspot.com/2010/06/death-of-reporter-danny-casolaro.html, http://www.newsmakingnews.com, http://nationalcorruptionindex.org/pages/profile.php?profile_id=264, Fair use, https://en.wikipedia.org/w/index.php?curid=18893679
Martin Cid
Martin Cid

Au cours de l’été 1991, le monde a été bouleversé par la mort mystérieuse du journaliste d’investigation Danny Casolaro. Retrouvé mort dans la baignoire d’un hôtel à Martinsburg, en Virginie-Occidentale, le décès de Casolaro a soulevé des questions sur une éventuelle dissimulation politique. A-t-il été assassiné parce qu’il était sur le point de révéler une conspiration politique extrêmement sensible ?

Début de la vie et de la carrière

Danny Casolaro est né le 16 juin 1947 à McLean, en Virginie. Il grandit dans une famille catholique et se passionne très tôt pour l’écriture et le journalisme d’investigation. Après avoir fréquenté le Providence College, il s’est lancé dans une carrière qui comprenait la boxe amateur, l’écriture de poèmes et de nouvelles, et même l’élevage de chevaux arabes de race pure. Casolaro a également tâté du journalisme, explorant des sujets tels que la présence navale soviétique à Cuba et la contrebande d’opium vers les États-Unis par des organisations communistes chinoises.

Vers la fin des années 1970, Casolaro s’est tourné vers l’industrie informatique et a acquis une série de publications spécialisées dans ce secteur. Cependant, au début des années 1990, il a décidé de revenir au journalisme et s’est intéressé à l’affaire Inslaw, un scandale informatique impliquant le ministère américain de la justice.

L’affaire Inslaw

L’affaire Inslaw porte sur une société de logiciels appelée Inslaw Inc. qui a développé un programme connu sous le nom de PROMIS (Prosecutor’s Management Information System). PROMIS a été conçu pour rationaliser la gestion des dossiers par les services répressifs. En 1980, le ministère américain de la justice est devenu un client important d’Inslaw, mais la relation a rapidement tourné au vinaigre.

Selon William Hamilton, fondateur d’Inslaw, le ministère de la justice a commencé à retenir les paiements d’Inslaw, ce qui a conduit l’entreprise à la faillite. On a découvert par la suite que le gouvernement canadien utilisait également les logiciels d’Inslaw sans être dûment payé. Il s’ensuivit une bataille juridique entre Inslaw et le ministère de la justice, avec des allégations de vol de logiciels et d’irrégularités financières.

L’enquête de Danny Casolaro

Danny Casolaro pensait que l’affaire Inslaw n’était que la partie émergée de l’iceberg. Il pensait qu’elle faisait partie d’une conspiration beaucoup plus vaste et interconnectée impliquant des fonctionnaires américains corrompus, le crime organisé et des agences de renseignement. Casolaro appelait ce réseau tentaculaire « la pieuvre ».

L’enquête de Casolaro l’a conduit à interroger Bill et Nancy Hamilton, les propriétaires d’Inslaw Inc. Ceux-ci lui ont présenté un homme nommé Michael Riconosciuto, qui prétendait avoir travaillé pour la CIA et avoir connaissance d’activités illégales liées à la distribution des logiciels d’Inslaw. Riconosciuto prétendait que les fonds provenant de la vente du logiciel étaient utilisés pour financer des opérations secrètes au Nicaragua, en Amérique centrale et au Moyen-Orient.

Lorsque la nouvelle du scandale Inslaw s’est répandue, le Congrès a commencé à s’en préoccuper. En août 1989, la commission judiciaire de la Chambre des représentants a lancé une enquête officielle. Casolaro y voit l’occasion de faire éclater la vérité et commence à rassembler des preuves et à mener des entretiens. Cependant, son enquête a pris une tournure sombre lorsque Michael Riconosciuto a été arrêté pour trafic de drogue peu de temps après avoir raconté son histoire aux enquêteurs de la commission.

Sans se laisser décourager, Casolaro poursuit son enquête et rencontre Elliot Richardson, l’ancien procureur général du président Richard Nixon. Richardson estime que l’affaire Inslaw a des implications considérables et déclare que la conspiration qui l’entoure est plus sinistre que tout ce qui a été révélé dans le scandale du Watergate.

La mort de Danny Casolaro

Le 10 août 1991, Danny Casolaro a été retrouvé mort dans une baignoire à l’hôtel Sheraton de Martinsburg, en Virginie-Occidentale. La cause officielle de la mort a été déclarée comme étant un suicide par le médecin légiste. Cependant, la famille et les amis de Casolaro étaient sceptiques quant à cette conclusion et soupçonnaient un acte criminel.

Selon les rapports de police, une lettre de suicide et une lame de rasoir ont été retrouvées dans la baignoire. Casolaro présentait douze coupures profondes aux poignets, dont huit au poignet gauche et quatre au poignet droit. L’une des coupures était si grave qu’elle avait sectionné un tendon. La lettre de suicide, prétendument écrite par Casolaro, soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses.

Les proches de Casolaro ont mis en doute l’authenticité de la lettre de suicide, car il ne leur semblait pas normal qu’il s’enlève la vie. De plus, ils ont souligné qu’il avait reçu des menaces de mort avant sa mort et ont exprimé des craintes pour sa sécurité. Les circonstances entourant sa mort, notamment les documents manquants et les ecchymoses inexpliquées, ont fait naître des soupçons quant à une éventuelle dissimulation.

Enquêtes et dissimulations

À la suite de la mort de M. Casolaro, les autorités de Virginie-Occidentale ont ouvert une enquête officielle, mais beaucoup estiment qu’elle était insuffisante et manquait de professionnalisme. La scène de crime a été mal gérée et des preuves cruciales ont potentiellement été détruites. En outre, la police n’a pas examiné minutieusement les pièces environnantes et n’a pas interrogé les témoins potentiels.

Elliot Richardson, figure emblématique de l’affaire Inslaw, estime qu’il existe suffisamment de preuves pour suggérer qu’il s’agit d’un acte criminel. Il a critiqué l’absence d’enquête approfondie sur la mort de Casolaro et la dissimulation qui s’en est suivie de la part des autorités gouvernementales. L’opinion de Richardson était partagée par la famille et les amis de Casolaro, qui estimaient que la vérité avait été dissimulée.

L’héritage de Danny Casolaro

La mort de Danny Casolaro a laissé derrière elle un héritage de questions sans réponse et de spéculations permanentes. Sa quête incessante de vérité et de justice face à une vaste conspiration politique a captivé les esprits. Malgré le temps qui passe, l’affaire n’est toujours pas résolue et les enquêteurs n’ont toujours pas compris l’ampleur de la conspiration de la « pieuvre », si elle existe vraiment.

La mort mystérieuse de Danny Casolaro reste une énigme, entourée d’allégations de dissimulation politique et de questions sans réponse. Son enquête sur l’affaire Inslaw et sa recherche de la vérité sur la conspiration de la « pieuvre » l’ont conduit à une mort prématurée. Qu’il s’agisse d’un suicide ou d’un meurtre soigneusement orchestré, la vérité ne sera peut-être jamais révélée. La mémoire de Danny Casolaro nous rappelle les risques encourus par les journalistes d’investigation et l’importance de découvrir la vérité, quelles qu’en soient les conséquences.

Étiqueté :
Partager cet article
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *