Yorgos Lanthimos : Un cinéaste grec extraordinaire

Yorgos Lanthimos Depositphotos
Molly Se-kyung
Molly Se-kyung

Le cinéaste grec Yorgos Lanthimos est devenu une figure de proue du monde du cinéma, connu pour son style de narration unique et ses films qui poussent à la réflexion. En mettant l’accent sur les thrillers psychologiques, les comédies noires et les films d’horreur, Lanthimos a captivé le public et les critiques grâce à sa vision distincte. Dans cet article, nous allons explorer la vie, la carrière et le style artistique de Yorgos Lanthimos, en mettant en lumière son ascension et les éloges qu’il a reçus pour ses œuvres.

Vie et éducation précoces

Yorgos Lanthimos est né le 23 septembre 1973 à Pangrati, à Athènes. Élevé principalement par sa mère, Eirini, propriétaire d’un magasin, Lanthimos a reçu une éducation unique. Son père, Antonis Lanthimos, était basketteur professionnel pour le Pagrati B.C. et l’équipe nationale grecque de basket-ball. Antonis a également été professeur de basket-ball à l’école Moraitis.

Après avoir terminé ses études à l’école Moraitis, Lanthimos a d’abord poursuivi des études en administration des affaires tout en jouant au basket-ball pour Pagrati B.C. Cependant, il a finalement décidé de suivre sa passion pour le cinéma et s’est inscrit à l’école hellénique de cinéma et de télévision Stavrakos (HCTSS) à Athènes, où il a étudié la réalisation de films et de programmes télévisés.

Yorgos Lanthimos
Yorgos Lanthimos Depositphotos

L’ascension vers l’excellence : 1995-2014

Lanthimos a commencé à se faire connaître dans les années 1990 en réalisant une série de vidéos pour des compagnies de danse-théâtre grecques. Depuis, il a exploré différents supports, réalisant des publicités télévisées, des clips musicaux, des courts métrages et des pièces de théâtre expérimentales. Il a également fait partie de l’équipe créative qui a conçu les cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux olympiques d’été de 2004 à Athènes.

Lanthimos a fait ses débuts dans le cinéma en 2001 avec « Mon meilleur ami », qu’il a coréalisé avec Lakis Lazopoulos. Ce film marque le début de son exploration du surréel et du non conventionnel. En 2005, Lanthimos présente « Kinetta » au festival du film de Toronto, ce qui lui permet d’affirmer son style unique et d’attirer l’attention du public international.

Cependant, c’est son troisième long métrage, « Dogtooth », sorti en 2009, qui a véritablement propulsé Lanthimos sous les feux de la rampe. Le film, un drame psychologique grec, a remporté le prix Un certain regard au Festival de Cannes 2009 et a été salué par la critique pour son audace et son originalité. Il a même été nommé dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère lors de la 83e cérémonie des Oscars.

Lanthimos a continué à repousser les limites avec son quatrième long métrage, « Alps », qui a remporté le prix Osella du meilleur scénario au 68e Festival international du film de Venise en 2011. Le film aborde les thèmes de l’identité et de l’usurpation d’identité, mettant en évidence la capacité de Lanthimos à créer des récits qui suscitent la réflexion.

Percée et succès : 2015-aujourd’hui

En 2015, Yorgos Lanthimos a opéré une transition vers des films en langue anglaise à plus gros budget, produits au Royaume-Uni, en Irlande et aux États-Unis. Son premier film en anglais, « The Lobster », a été présenté en avant-première au Festival de Cannes 2015 et a été largement salué par la critique. Avec Colin Farrell, Rachel Weisz et John C. Reilly, le film explorait les thèmes de l’amour, des relations et des normes sociétales dans un monde dystopique. L’écriture de Lanthimos pour « The Lobster » a remporté le prix international ARTE du meilleur projet CineMart au Festival international du film de Rotterdam.

Lanthimos a encore renforcé sa réputation de maître cinéaste avec « The Killing of a Sacred Deer » en 2017. Ce film d’horreur psychologique, avec Colin Farrell, Nicole Kidman et Barry Keoghan, a été présenté en avant-première au Festival de Cannes et a concouru pour la prestigieuse Palme d’or. Le film a été salué par la critique, Mark Kermode du Guardian le comparant aux œuvres de Michael Haneke et le décrivant comme une exploration glaçante de la culpabilité et de la punition.

Cependant, c’est le film de 2018 de Lanthimos, « The Favourite », qui a suscité le plus d’attention et d’éloges. Comédie noire d’époque se déroulant à la cour de la reine Anne au début des années 1700, le film met en scène Olivia Colman, Emma Stone et Rachel Weisz. « The Favourite » a été largement salué par la critique et a été nommé pour dix Oscars, dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur pour Lanthimos. Il a remporté le Grand prix du jury à la 75e Mostra de Venise et a consolidé la position de Lanthimos comme l’un des cinéastes les plus talentueux et les plus novateurs de sa génération.

Style et thèmes

Yorgos Lanthimos est connu pour son style cinématographique distinct, caractérisé par un discours guindé, un jeu d’acteur impassible et une cinématographie cadrée. Ses films explorent souvent des thèmes sombres et non conventionnels, remettant en question les normes et les attentes de la société. Les œuvres de Lanthimos explorent fréquemment la complexité des relations humaines, la fragilité de l’identité et les conséquences des pressions sociétales. Ses films ont une qualité surréaliste, brouillant les lignes entre la réalité et la fiction, et laissant les spectateurs avec des questions persistantes et un sentiment de malaise.

Vie personnelle et récompenses

Dans sa vie privée, Yorgos Lanthimos est marié à l’actrice franco-grecque Ariane Labed depuis 2013. Leur partenariat s’étend au-delà de la vie personnelle, Labed apparaissant dans plusieurs films de Lanthimos.

La vision unique de Lanthimos et son talent de conteur lui ont valu de nombreuses récompenses tout au long de sa carrière. Ses films ont reçu de nombreuses nominations et récompenses, dont quatre prix au Festival de Cannes et un BAFTA Award. Lanthimos a également été récompensé par les Oscars, recevant des nominations pour le meilleur scénario original pour « The Lobster » et pour le meilleur réalisateur et le meilleur film pour « The Favourite ».

Filmographie et projets futurs

La filmographie de Yorgos Lanthimos témoigne de sa polyvalence et de ses prouesses créatives. Depuis ses premiers films en grec, comme « Dogtooth » et « Alps », jusqu’à ses percées en anglais avec « The Lobster » et « The Favourite », Lanthimos n’a cessé de repousser les limites et de remettre en question les conventions.

Outre ses longs métrages, Lanthimos a également réalisé un certain nombre de courts métrages et a participé à des productions théâtrales. Sa filmographie témoigne de sa capacité à naviguer sur différents supports et à explorer diverses techniques de narration.

Yorgos Lanthimos continue de captiver le public avec ses projets à venir. Son film « Poor Things » a été présenté en avant-première au 80e Festival international du film de Venise, où il a remporté le prestigieux Lion d’or. Le film met en scène Emma Stone, renforçant ainsi le partenariat créatif entre Lanthimos et la talentueuse actrice. En outre, Lanthimos travaillerait à l’adaptation du roman de Jim Thompson « Pop. 1280 » de Jim Thompson, ce qui témoigne de son engagement à explorer des récits non conventionnels et à captiver le public avec son style de narration distinct.

Le parcours de Yorgos Lanthimos, qui est passé du statut de cinéaste grec à celui de réalisateur de renommée internationale, témoigne de sa vision unique et de sa capacité à raconter des histoires. En explorant les thrillers psychologiques, les comédies noires et les films d’horreur, Lanthimos s’est taillé une place de choix dans le monde du cinéma. Son style distinct, ses récits qui donnent à réfléchir et sa volonté de remettre en question les conventions ont fait de lui l’un des réalisateurs les plus passionnants et les plus novateurs de notre époque. Alors que le public attend avec impatience ses futurs projets, Yorgos Lanthimos continue de repousser les limites, de captiver les spectateurs et de redéfinir les possibilités du cinéma contemporain.

Partager cet article
Par Molly Se-kyung Editor
Suivre :
Molly Se-kyung est romancière et critique de cinéma et de télévision. Elle est également responsable des rubriques de style.
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *