Rebel Moon – Partie 2 : L’Entailleuse (2024) Le film de vendredi sur Netflix: Une grande bataille remplie d’épopée pour une fin annoncée

Rebel Moon – Partie 2 : L’Entailleuse est un film réalisé par Zack Snyder avec Sofia Boutella. Avec Michiel Huisman, et Ed Skrein.

« Rebel Moon – Partie 2 : L’Entailleuse » nous emmène à la fin de cette histoire de fermiers et de seigneurs abusifs qui ont demandé plus que ce que le peuple pouvait donner et… une révolution a éclaté.

Dans cette seconde partie, nous avons un film en deux parties bien distinctes: la préparation à la bataille et la bataille elle-même. Les deux sont intéressantes, avec tout l’esprit épique exagéré de Zack Snyder qui, nous ne pouvons le nier, est resté fidèle à son style.

Ce film ne décevra pas ses fans, les inconditionnels de ce style ampoulé, singulier et spectaculaire qui trouve dans cette bataille intergalactique un autre chapitre de ce manuel de style Zack Snyder, dans lequel il transforme chacun de ses films.

Une fin qui, cependant, ne laisse pas de grandes surprises étant donné les prémisses et tout se déroule dans le ton que nous attendons de l’aventure la plus classique du futur qui se termine par la grande bataille.

Sur le film

Les grands icones de l’art, que ce soit en peinture, écriture ou cinéma, courent le grand risque de tomber dans la répétition, cherchant constamment ce moment de gloire et de génialité qui, répété à outrance, finit par ne plus surprendre. C’est exactement ce qui arrive à son créateur, Zack Snyder, qui reste aussi génial qu’à 300, mais quelques années ont passé et ce qui était des nouveautés en termes de cadrage et de facture technique, sont devenus aujourd’hui des signes indubitable d’un style aussi personnel qu’innovateur (à son époque).

Il est vrai, il a évolué, mais l’épopée et les grands discours de 300 sont toujours là, la force incontrôlable et ce style proche du bande dessinée. “Rebel Moon – Partie 2 : L’Entailleuse” nous révèle-t-il quelque chose de nouveau par rapport au style déjà établi? Non, pas du tout, il n’y a ni recherche d’un nouveau langage ni l’histoire est suffisamment nouvelle, et ce qui menaçait dans le premier film de devenir le nouveau Star Wars (qui était également déjà inventé) finit par nous donner la fin la plus classique possible.

Spectaculaire, oui, sans décevoir du tout car toutes et chacune de ses images sont spectaculaires, mais le style singulier de son créateur reste celui que nous avons déjà vu et admiré auparavant, celui que nous connaissons et qui a surpris il y a quelques décennies et qui, avec le passage des années, semble être le même dans une répétition de ce génie auquel nous sommes déjà habitués.

Les histoires changent, mais le style demeure.

Dans “Rebel Moon – Partie 2 : L’Entailleuse”, presque tout est réservé pour la fin, à l’exception de quelques flashbacks spectaculaires du point de vue esthétique de la première partie. Toute la poudre, tout le développement et tous les personnages voués à une dernière bataille qui décidera de tout. Plus classique, impossible, et le film n’est pas là pour changer les principes de l’épopée.

Elle est parfaite en ce sens, techniquement merveilleuse et juste ce que son créateur voulait faire: le futurisme le plus classique dans une histoire de héros et de méchants, de riches et de pauvres et de l’empire injuste contre les fermiers honnêtes.

Notre avis

Sans décevoir, elle n’impressionne pas ni ne fait évoluer le style que nous connaissions déjà. Tout en étant un film fantastique dans tous ses aspects techniques, elle nous laisse désirant un nouveau goût à un autre niveau, esthétique ou narratif.

Parfaite, mais sans la cerise de la nouveauté.

Where to Watch « Rebel Moon – Partie 2 : L’Entailleuse »

Netflix

Veronica Loop
Veronica Loophttps://medium.com/@veronicaloop
Veronica Loop est directrice générale de MCM. Elle est passionnée par l'art, la culture et le divertissement.
Contact : veronica (@) martincid (.) com
Articles connexes

Laisser une réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Derniers articles