John Ford : L’homme qui a défini le genre du western

John Ford
Penelope H. Fritz Penelope H. Fritz

Dans le domaine du cinéma hollywoodien classique, peu de noms brillent autant que celui de John Ford. Connu pour ses remarquables prouesses en matière de narration et sa vision inégalée de la mise en scène, l’impact de Ford sur l’industrie cinématographique est indéniable. Rejoignez-nous pour un voyage à travers la vie, l’œuvre et l’héritage durable de ce réalisateur légendaire, et plongez dans les chefs-d’œuvre cinématographiques qui ont consolidé sa place dans l’histoire du cinéma.

Les débuts de la vie

John Ford est né John Martin Feeney le 1er février 1894 à Cape Elizabeth, dans le Maine. Il est le plus jeune des 13 enfants nés des immigrants irlandais John Augustine Feeney et Barbara Curran. La famille Feeney était de fervents catholiques romains et l’enfance de Ford a été imprégnée des traditions et des valeurs irlandaises.

Dès son plus jeune âge, Ford se passionne pour la mer. Il a travaillé comme matelot et batelier pendant son adolescence, acquérant ainsi une expérience qui influencera plus tard son travail de cinéaste. Bien que ses débuts aient été modestes, la beauté visuelle de la côte rocheuse du Maine a contribué à former l’œil artistique de Ford.

Ford change son nom en John Ford en 1914, l’année même où il suit son frère aîné Francis à Hollywood. Francis s’était établi comme acteur et réalisateur à succès sous le nom de Ford Sterling. Le changement de nom éloigne le jeune John Feeney de la célébrité de son frère, alors qu’il se lance dans sa propre carrière cinématographique.

Début de carrière

John Ford a débuté dans l’industrie cinématographique lorsque son frère aîné Francis Ford, qui était déjà acteur et réalisateur, l’a engagé comme assistant et acteur occasionnel. John fait ses débuts dans le western muet de 1914 de son frère, The Mysterious Rose. Au cours des années suivantes, John Ford a acquis des compétences cinématographiques en travaillant pour son frère et des réalisateurs comme Allan Dwan.

Le premier travail de Ford en tant que réalisateur a été réalisé en 1917 avec le western muet The Tornado, dans lequel son frère tenait le rôle principal. Dans les années 1920, Ford réalise de nombreux films à petit budget pour des studios comme Universal Pictures et Fox Film Corporation. Parmi ses premiers films muets notables, citons The Iron Horse (1924), un western sur la construction du chemin de fer transcontinental, et 3 Bad Men (1926), également un western. Ford a perfectionné son art cinématographique au cours de ces premières années, développant son flair pour les images époustouflantes et les lieux authentiques.

L’ère du film muet

Ford a commencé sa carrière au cinéma en 1917 en tant qu’acteur, assistant réalisateur, cascadeur et scénariste occasionnel. Il fait ses débuts de réalisateur en 1917 mais n’est crédité qu’en 1919 pour The Tornado avec John Gilbert.

Ford s’est rapidement imposé comme l’un des principaux réalisateurs de westerns et de films d’action d’Hollywood à l’époque du cinéma muet. Parmi ses principaux films muets, citons

  • Le cheval de fer (1924) – Ce western épique centré sur la construction du premier chemin de fer transcontinental a été un grand succès au box-office. Il a établi la réputation de Ford en matière de cinématographie d’extérieur.
  • 3 Bad Men (1926) – Un western à gros budget mettant en scène les grandes stars de l’ère du muet, dont George O’Brien et Olive Borden. Il illustre la capacité de Ford à gérer des productions à grande échelle.
  • Four Sons (1928) – Ford a démontré sa polyvalence au-delà des westerns avec ce drame de la Première Guerre mondiale acclamé par la critique et mettant en vedette Margaret Mann et James Hall. Il s’agit de l’un des plus grands succès de la Fox Film Corporation à la fin de l’ère du muet.
  • Hangman’s House (1928) – Ce drame romantique se déroulant en Irlande est la première collaboration de Ford avec le légendaire acteur John Wayne, dans un rôle non crédité. Ce film témoigne de l’excellence de Ford en matière de narration et d’utilisation des paysages.

Ford a été un pionnier qui a contribué à définir le genre du western à l’époque du cinéma muet. Sa maîtrise technique de la narration visuelle et des panoramas a fait de lui l’un des réalisateurs les plus recherchés d’Hollywood.

Transition vers le son

John Ford est l’un des rares réalisateurs à avoir réussi la transition entre les films muets et les films parlants à la fin des années 1920 et au début des années 1930. En 1928, il réalise Hangman’s House, son dernier grand film muet. L’année suivante, il réalise son premier film en son synchronisé, The Black Watch. Cependant, ce n’est qu’en 1930 que Ford réalise son premier film parlant à part entière, Men Without Women.

Ford a d’abord eu du mal à s’adapter à la nouvelle technologie du son synchronisé. Il a dû revoir son style de réalisation, très visuel et orienté vers l’action, pour l’adapter aux dialogues et à l’équipement sonore stationnaire. Ses premiers films sonores étaient quelque peu guindés, la caméra restant statique pendant les conversations. Mais Ford s’est rapidement adapté, utilisant le son non seulement pour les dialogues, mais aussi pour intégrer de manière créative la musique, les effets sonores et l’interaction des conversations. Alors que d’autres grands réalisateurs du muet pataugent (comme Charlie Chaplin), Ford fait preuve de polyvalence et adopte des innovations telles que le doublage et le play-back pour créer des histoires audiovisuelles inventives.

Le premier grand succès critique et commercial de Ford à l’ère du son fut The Informer en 1935, qui lui valut son premier Oscar du meilleur réalisateur. Ce film démontre la maîtrise de Ford du nouveau média, avec un éclairage dramatique, un travail de caméra mobile et l’intégration de musique et d’effets sonores qui renforcent la tension et l’émotion du film. Ford est passé avec succès à la nouvelle ère du cinéma sonore, tout en conservant ses talents de conteur visuel. Cette capacité à évoluer tout en conservant son identité artistique lui servira dans les décennies à venir, alors que la technologie, les styles et les goûts du public continueront d’évoluer.

Période classique d’Hollywood

John Ford a atteint le sommet de sa carrière pendant l’ère classique des studios hollywoodiens, dans les années 1930-1950. C’est au cours de cette période qu’il a réalisé certains de ses films les plus acclamés et les plus influents, consolidant ainsi sa réputation de l’un des plus grands cinéastes américains.

Parmi les films clés de Ford de l’ère classique hollywoodienne, on peut citer

  • Stagecoach  ;(1939) – Ce western a contribué à établir les conventions du genre et a fait de John Wayne une star. Le film suit un groupe d’étrangers voyageant en diligence à travers le dangereux territoire des Apaches.
  • Les raisins de la colère  ;(1940) – Cette adaptation littéraire sur une famille de travailleurs migrants pendant la Grande Dépression a valu à Ford son premier Oscar du meilleur réalisateur. Le film, qui met en scène Henry Fonda, est considéré comme un classique.
  • How Green Was My Valley  ;(1941) – Ford a remporté son troisième Oscar du meilleur réalisateur pour ce drame poignant sur une famille de mineurs gallois. Le film a battu Citizen Kane pour l’Oscar du meilleur film.
  • My Darling Clementine  ;(1946) – Ce récit lyrique de la fusillade d’O.K. Corral a consolidé la légende de Wyatt Earp. Il met en scène Henry Fonda dans le rôle d’Earp et lance l’amitié cinématographique entre Ford et Fonda.
  •   ;(1948) – Premier film de la célèbre « trilogie de la cavalerie » de Ford, il examine les conflits entre les Amérindiens et un capitaine de cavalerie américain arrogant interprété par John Wayne.
  • The Searchers  ;(1956) – Souvent cité comme l’un des plus grands westerns, ce film épique suit un vétéran de la guerre de Sécession (Wayne) qui recherche sans relâche sa nièce kidnappée (Natalie Wood). Ses thèmes et son style visuel ont influencé de nombreux films ultérieurs.

Au cours de ces deux décennies, Ford maîtrise aussi bien les drames humains intimes que les films d’action à grande échelle, démontrant ainsi sa maîtrise totale de l’art cinématographique. Ses films mémorables de cette période incarnent à la fois le mythe de l’Ouest américain et les idéaux de communauté et de sacrifice.

Westerns

Les westerns ont été un genre important pour John Ford et ont contribué à asseoir sa réputation comme l’un des plus grands cinéastes américains. Ford a réalisé son premier western, Straight Shooting, en 1917 et a tourné plus de 20 autres westerns au cours de sa longue et prolifique carrière.

Certains des films les plus emblématiques de Ford sont des westerns, notamment Stagecoach (1939), My Darling Clementine (1946), Fort Apache (1948), She Wore a Yellow Ribbon (1949), The Searchers (1956) et The Man Who Shot Liberty Valance (1962). Stagecoach, en particulier, a contribué à établir de nombreux tropes classiques du genre western, comme la fusillade et la charge de cavalerie en apothéose, qui ont influencé d’innombrables films qui ont suivi.

Les westerns ont attiré Ford en raison de leurs qualités mythiques et de leur capacité à explorer les thèmes et les paysages typiquement américains. Le cadre de la frontière de l’Ouest a permis à Ford de réaliser des films visuellement époustouflants, mettant en valeur les majestueuses vues de Monument Valley, qui sont devenues une toile de fond emblématique de ses films. Au fond, les westerns de Ford s’attaquent souvent à la disparité entre la nature sauvage et la civilisation, entre la liberté individuelle et l’ordre communautaire, entre les mythes et la réalité de l’Ouest américain.

Des personnages tels que le solitaire en quête (Ethan Edwards dans The Searchers) et l’officier de cavalerie astreint au devoir (le lieutenant-colonel Thursday dans Fort Apache) reviennent comme des archétypes dans tous les westerns de Ford. Mais il a également remis en question les stéréotypes de l’Ouest en dressant un portrait sympathique des Amérindiens dans des films comme Cheyenne Autumn (1964). Bien qu’ils ne soient pas toujours historiquement exacts, les westerns de Ford ont laissé un impact indélébile sur la mythologie de l’Ouest américain au cinéma. Par-dessus tout, ils ont démontré la virtuosité de son art de la narration visuelle en tant que réalisateur.

Films de guerre

Les films de guerre de John Ford sont considérés comme les plus marquants et les plus importants du genre. Pendant la Seconde Guerre mondiale, John Ford a créé des films de propagande et des documentaires pour le gouvernement américain afin de soutenir l’effort de guerre.

Son premier film de guerre est The Battle of Midway (1940), tourné sur place lors de la célèbre bataille navale de 1942. Ford a été blessé pendant le tournage de la bataille. Premier documentaire à grande échelle sur les combats de la Seconde Guerre mondiale, The Battle of Midway a permis aux Américains de voir la guerre de l’intérieur et de rallier des soutiens.

En 1943, à la demande du général George C. Marshall, Ford a réalisé December 7th. Ce documentaire sur les attaques de Pearl Harbor mêle images réelles et reconstitutions pour raconter de manière vivante et émouvante cette journée tristement célèbre. Il a remporté l’Oscar du meilleur court métrage documentaire.

Ford considérait ses sept documentaires de guerre comme l’une de ses œuvres les plus importantes. Il a dirigé l’unité photographique de l’Office of Strategic Services et a travaillé en étroite collaboration avec l’armée pour présenter la guerre de manière à renforcer le moral et le soutien des troupes. Ses films constituent un témoignage historique unique de la Seconde Guerre mondiale du point de vue américain.

La suite de la carrière

Ford aborde les années 1960 avec des films comme Sergeant Rutledge  ;(1960) et Two Rode Together  ;(1961), qui ne rencontrent pas le même succès. Il continue à tourner des westerns, des films de guerre et des drames au cours de la décennie. Parmi les films les plus marquants, citons :

  • L’homme qui tua Liberty Valance  ;(1962) – Ce western avec John Wayne et James Stewart est considéré comme l’un des meilleurs films de Ford. Il explore la légende qui se cache derrière l’ascension d’un sénateur.
  • Cheyenne Autumn  ;(1964) – Le dernier film western de Ford dépeint l’exode des Cheyennes du Nord en 1878-9. Il met en vedette Richard Widmark, Carroll Baker et Ricardo Montalbán.
  • Seven Women  ;(1966) – Le dernier film de Ford est un drame qui se déroule dans la Chine de 1935. Il suit sept femmes dans une mission chrétienne isolée, menacée par des bandits mongols. Anne Bancroft, Sue Lyon et Margaret Leighton font partie de la distribution.

Bien que la production ultérieure de Ford n’ait pas été aussi forte que ses premiers classiques, il a continué à travailler jusqu’à l’âge de soixante-dix ans. Il a consolidé sa réputation de pionnier en définissant le genre du western et en apportant un style visuel distinctif au cinéma hollywoodien. Même dans ses dernières années, Ford a fait preuve d’une grande maîtrise technique et d’une capacité à susciter des performances puissantes de la part de ses acteurs.

Prix et distinctions

John Ford est l’un des cinéastes les plus célèbres et les plus honorés du XXe siècle. Il a reçu de nombreux prix et récompenses au cours de ses 50 ans de carrière à Hollywood.

Ford a remporté quatre Oscars en tant que meilleur réalisateur, un record qui tient encore aujourd’hui. Il a reçu des Oscars pour The Informer  ;(1935), The Grapes of Wrath  ;(1940), How Green Was My Valley  ;(1941), et The Quiet Man  ;(1952). Il reste le seul réalisateur à avoir remporté quatre Oscars dans cette catégorie.

En plus de ses Oscars de réalisateur, Ford a été nommé cinq fois pour le prix du meilleur réalisateur : Arrowsmith  ;(1931), The Long Voyage Home  ;(1940), The Battle of Midway  ;(1942), She Wore a Yellow Ribbon  ;(1949), et The Quiet Man  ;(1952).

Au-delà des Oscars, Ford a reçu de nombreux prix et distinctions pour l’ensemble de sa carrière et pour sa contribution au cinéma. Il a notamment reçu le premier Lifetime Achievement Award de l’American Film Institute (AFI) en 1973. La même année, il a également reçu un Lifetime Achievement Award de l’Academy lors de la 45e cérémonie des Oscars.

La Directors Guild of America a décerné à Ford son Lifetime Achievement Award en 1958 pour avoir fait progresser l’art et l’artisanat du cinéma. En 1982, le président Ronald Reagan lui a décerné la médaille présidentielle de la liberté pour l’impact qu’il a eu sur la culture américaine à travers le cinéma.

Les films de Ford ont été sélectionnés pour être conservés par le National Film Registry de la Bibliothèque du Congrès, ce qui renforce encore son héritage. Le réalisateur a laissé une marque indélébile sur Hollywood et le cinéma mondial grâce à ses films emblématiques et à sa maîtrise technique. Les nombreux prix et distinctions que Ford a reçus au cours de sa longue carrière témoignent de sa réussite.

L’héritage

John Ford a laissé une empreinte indélébile sur le cinéma américain. Avec une carrière de plus de 50 ans et près de 150 films, Ford a défini et façonné de nombreux genres cinématographiques américains classiques.

Ford a contribué à faire passer le western du statut de film de série B à celui d’art dramatique sérieux. Des films comme Stagecoach, My Darling Clementine, Fort Apache et The Searchers sont des contes moraux complexes ayant pour toile de fond le mythe du Far West. Ford dépeint l’Ouest de manière à la fois idéaliste et réaliste, remettant souvent en question et renversant les notions stéréotypées de héros et de méchants. Ses westerns présentent des personnages aux motivations complexes et aux allégeances changeantes, en mettant l’accent sur le rapprochement des communautés. Les films de Ford ont inspiré les futures générations de réalisateurs de westerns.

Outre les westerns, Ford a marqué de son empreinte d’autres genres typiquement américains. Ses films s’intéressent souvent à la vie des petites villes américaines, à l’armée et à des événements historiques importants. Des films comme Les raisins de la colère, How Green Was My Valley, They Were Expendable et The Man Who Shot Liberty Valance fournissent des commentaires perspicaces sur la société et la culture américaines.

Ford a également joué un rôle déterminant dans l’établissement de nombreuses conventions, aujourd’hui standard, de la cinématographie hollywoodienne. Son style caractéristique – notamment les longs plans panoramiques, les scènes mises en scène en profondeur et les cadrages serrés des visages et des yeux – a influencé des générations de réalisateurs. Le naturalisme et la simplicité artistique de sa narration visuelle ont donné le ton à l’ère classique d’Hollywood. Plus que tout autre réalisateur, Ford a façonné l’aspect, l’ambiance et le mythe du cinéma américain classique.

Étiqueté :
Partager cet article
Penelope H. Fritz est une écrivaine professionnelle hautement qualifiée, dotée d'un talent inné pour saisir l'essence des individus à travers ses profils et ses biographies. Ses mots sont à la fois éloquents et perspicaces, peignant une image vivante de ses sujets et laissant les lecteurs captivés.
Laisser un commentaire