Tout sur les films slasher

Êtes-vous un fan de films d’horreur ? Si c’est le cas, vous avez probablement entendu parler des slasher movies.

Les « slasher movies » sont un sous-genre emblématique de l’horreur qui existe depuis la fin des années 70 et qui continue d’être populaire à l’ère moderne. Dans ces films, les victimes sont traquées et tuées par un prédateur mystérieux et apparemment inarrêtable. Ces prédateurs portent souvent des masques ou présentent d’autres caractéristiques distinctives, ce qui les rend inoubliables pour les spectateurs.

Les films d’horreur ne sont pas pour les âmes sensibles ; ils contiennent souvent des scènes de violence intense, de gore et de terreur psychologique. Mais ils comportent aussi des éléments d’humour noir et des intrigues astucieuses qui tiennent les spectateurs en haleine en essayant de découvrir qui est le tueur.

Dans cet article, nous allons examiner ce qui rend les films d’horreur si populaires et explorer quelques-uns des exemples les plus emblématiques de l’histoire du cinéma. Rejoignez-nous pour sortir de l’ombre : tout sur les slasher movies.

Les origines du genre Slasher

Le genre « slasher » est depuis longtemps associé au suspense, au choc et à l’horreur. À la fin des années 70, ce genre est sorti de l’ombre des films d’horreur précédents en mettant l’accent sur la violence et le gore. Le succès de films comme « Halloween » (1978), « Friday the 13th » (1980) et « A Nightmare on Elm Street » (1984) a marqué le début de l’âge d’or du slasher.

Ces films suivent une formule familière : un tueur masqué armé de couteaux, de machettes ou de tronçonneuses traque ses victimes qui luttent pour rester en vie. Les victimes meurent souvent de manière extrêmement brutale, en étant éliminées une à une, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une « dernière fille », qui ne se doute de rien, pour vaincre le tueur. Les films d’horreur ont ainsi créé un cycle d’anticipation et de terreur dont le public s’est délecté tout au long des années 80.

Ce type particulier de film a suscité de nombreux débats critiques ; certains ont loué son « suspense à haute énergie » tandis que d’autres ont affirmé qu’il était trop explicite dans sa violence – mais quels que soient ses mérites ou ses défauts, il a certainement suscité la fascination du public – et continue de le faire aujourd’hui.

Thèmes communs aux films d’horreur

Les films d’horreur sont connus pour leur violence divertissante et souvent sanglante, mais cette violence est sous-tendue par un ensemble cohérent de thèmes que l’on retrouve dans presque tous les films d’horreur.

Tout d’abord, il y a le thème de la vengeance. Les slashers ont tendance à mettre en scène un personnage lésé qui entreprend une action violente contre ceux qu’il juge responsables de ses souffrances. Les victimes deviennent souvent des tueurs pour se venger d’elles-mêmes ou d’autrui. Ce thème crée du suspense, car les spectateurs attendent de savoir ce qu’il adviendra des plans du vengeur.

Deuxièmement, les slashers mettent souvent en scène des adolescents comme protagonistes et antagonistes – souvent un seul adolescent qui doit survivre face à un tueur inarrêtable. Ce scénario à suspense joue sur notre peur primitive de l’inconnu, les adolescents se retrouvant dans un environnement clos avec peu d’échappatoire ou d’espoir de sauvetage.

Enfin, le thème de la moralité ou de l’immoralité pose la question de savoir quels sont les personnages « bons » et « mauvais » ; en règle générale, ce n’est que lorsque les protagonistes font des choix moraux qu’ils finissent par l’emporter sur leurs adversaires des films d’horreur.

Films et franchises de slasher notables

Friday the 13th
Friday the 13th (1980)

De « Halloween » à « Scream », les films d’horreur existent depuis des décennies et ont marqué la culture populaire. Voici quelques-uns des films et des franchises de slasher les plus célèbres dont vous avez probablement entendu parler :

« Vendredi 13 » (1980)

La franchise « Vendredi 13 » est devenue l’une des séries de films d’horreur les plus emblématiques de tous les temps. Le film original de 1980 a donné lieu à 11 suites et à un remake en 2009. L’intrigue tourne autour de Jason Voorhees, un tueur en série menaçant qui traque les campeurs de Camp Crystal Lake.

“A Nightmare on Elm Street” (1984)

Un autre classique du slasher, ce film suit Freddy Krueger alors qu’il terrorise les enfants dans leurs rêves. Le film a donné lieu à sept suites, à un remake en 2010 et même à une série télévisée entière.

“Scream” (1996)

Ce méta-slasher est une réponse directe à l’état des slasher movies de l’époque et on lui attribue souvent la renaissance du genre et de l’horreur dans son ensemble. Il met en scène Neve Campbell dans le rôle de Sidney Prescott, une adolescente qui est la cible d’un tueur mystérieux connu sous le nom de Ghostface. La franchise compte quatre films, le cinquième étant prévu pour 2022.

Tropes courants dans les films d’horreur

Ah, les slasher movies, l’incontournable des fans de films d’horreur et des fêtes d’Halloween partout dans le monde. Nous les connaissons tous, nous les aimons et nous les craignons, mais qu’y a-t-il d’autre dans l’ombre de ces films classiques ?

La dernière fille

Il s’agit probablement de l’un des tropes les plus reconnaissables des films d’horreur – nous l’avons vu jouer un nombre incalculable de fois. La Final Girl est généralement la seule survivante parmi ses pairs, et elle utilise son intelligence, sa force et son courage pour survivre aux pièges effroyables qui l’attendent. D’une manière générale, il s’agit d’un personnage féminin fort qui subvertit les rôles des hommes et des femmes en remettant en question les attentes traditionnelles de la société.

Le « tueur »

L’antagoniste d’un film d’horreur se présente généralement sous la forme d’un personnage mystérieux doté d’une arme ou d’un pouvoir quelconque qu’il utilise pour éliminer violemment ses victimes. Ce tueur est généralement très motivé par une sorte de sens tordu de la justice et est souvent poussé par la vengeance ou le fanatisme religieux.

Pièges mortels

Les pièges mortels constituent un autre élément clé des films d’horreur. Il peut s’agir de n’importe quoi, de pièges élaborés ou de dispositifs ingénieux qui permettent de tuer quelqu’un rapidement et facilement. Ces pièges mortels sont souvent utilisés pour nous donner un frisson supplémentaire en regardant notre héros s’échapper de justesse de n’importe quelle situation terrifiante dans laquelle il se trouve.

Sous-genres du cinéma d’horreur

Le cinéma d’horreur a évolué au fil du temps, donnant lieu à l’émergence de sous-genres distincts. Les amateurs de films d’horreur ont identifié cinq catégories différentes de slasher :

Les films d’horreur traditionnels

Le film d’horreur traditionnel est celui par lequel tout a commencé. Les slashers traditionnels mettent généralement en scène un tueur psychotique qui utilise des armes telles qu’un couteau ou une hache pour assassiner des victimes innocentes dans des lieux généralement isolés. Le tueur est généralement motivé par la vengeance, qui prend souvent la forme d’un châtiment à l’encontre des personnages immoraux du film. Les films Vendredi 13 et Halloween en sont des exemples.

Slashers psychosexuels

Les films d’horreur psychosexuels se caractérisent par des thèmes sexuels intenses et des associations entre le meurtre et le sexe. Dans ces films, les tueurs ont souvent des pulsions sexuelles déviantes qui se manifestent dans leur comportement meurtrier. Parmi les exemples notables, citons American Psycho et A Nightmare on Elm Street.

Slashers surnaturels

Les slashers surnaturels reprennent la formule traditionnelle du slasher et y ajoutent un élément fantastique : des fantômes tueurs, des sorcières ou des extraterrestres peuvent être utilisés pour faire avancer le récit, ce qui les rend beaucoup plus imprévisibles que leurs homologues humains. Les films The Ring et It Follows en sont des exemples marquants.

Exploitation Slashers

Les slashers d’exploitation brouillent les frontières entre l’horreur, la comédie et le drame pour offrir une vision divertissante et campy des films de meurtres et de mystères. Il s’agit souvent de films gores et burlesques, avec une satire ancrée dans les phénomènes de la culture pop et un esprit d’autoréférence. Parmi les exemples notables, citons La cabane dans les bois et Scream 2.

Comédie Slashers

Les films d’horreur comiques adoptent une approche loufoque de l’horreur en présentant la mort comme une plaisanterie plutôt que comme quelque chose de sérieux ou de menaçant.

Les tactiques d’effarouchement et leur impact

Scream
Scream (1996)

Les films d’horreur sont connus pour leurs tactiques de suspense, comme les jump-scares, qui sont des moments de surprise soigneusement conçus pour choquer et exciter le public. Ils peuvent prendre des formes très diverses, allant d’un changement soudain de musique ou d’éclairage à l’apparition inattendue du tueur. Les jump-scares sont devenus une marque de fabrique des films d’horreur depuis leur apparition sur le grand écran dans les années 1960 avec le classique « Psychose » d’Alfred Hitchcock.

Les jump-scares ont le pouvoir indéniable de laisser le public à bout de souffle et sur le qui-vive, mais ils ne se contentent pas de procurer des sensations fortes. Ils sont conçus pour sensibiliser les spectateurs au danger qui les guette à chaque coin de rue et pour accroître la tension d’une scène déjà tendue. La tactique du jump-scare est utilisée comme un moyen créatif de garder les spectateurs rivés à leur siège dans l’attente de quelque chose d’inattendu et d’imprévisible.

Cette tactique de suspense est incorporée dans les films d’horreur depuis des décennies et restera probablement l’un des éléments clés pour de nombreuses années à venir.

Depuis ses humbles débuts à la fin des années 70 et au début des années 80, le genre Slasher est devenu un incontournable du cinéma d’horreur. Avec leurs thèmes de peur, de vengeance et de châtiment, ces films sont toujours aussi populaires. Que vous soyez un fan inconditionnel ou simplement curieux d’en savoir plus sur ce genre, il y en a pour tous les goûts. Les films d’horreur ne sont pas seulement une source de divertissement et de spectacle, ils nous rappellent également comment notre société traite encore la violence et ses séquelles, et à quel point elle a progressé. Les slashers continueront à faire peur et à donner des frissons aux générations à venir.

Molly Se-kyung
Molly Se-kyung
Rencontrez Molly Se-kyung, la talentueuse et accomplie rédactrice de la section cinéma du Martin Cid Magazine (MCM). Cette femme incroyable possède un sens aigu du détail et une passion inégalée pour la narration. Grâce à sa connaissance approfondie des films et à ses qualités rédactionnelles exceptionnelles, Molly s'est taillé une place unique dans le monde compétitif du journalisme cinématographique. Son dévouement à son métier est évident dans chaque article qu'elle écrit, car elle tisse sans effort des mots qui donnent vie à un film. Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)
Articles connexes
Articles les plus populaires