Alexander Calder: Première Exposition Solo à Tokyo en 35 Ans

Lisbeth Thalberg Lisbeth Thalberg
Alexander Calder, Un effet du japonais, 1941. Photo courtesy of Calder Foundation, New York / Art Resource, New York
© 2024 Calder Foundation, New York / Artists Rights Society (ARS), New York

En mai 2024, la Galerie Azabudai Hills ouvrira la première exposition solo des œuvres d’Alexander Calder à Tokyo depuis près de 35 ans. Cette exposition comprendra environ 100 pièces provenant de la Fondation Calder, y compris les célèbres mobiles de l’artiste.

La Galerie Azabudai Hills (Azabudai Hills Garden Plaza A MBF) accueillera « Calder : Un effet du japonais » — la première exposition solo de l’artiste à Tokyo depuis près de 35 ans — du jeudi 30 mai 2024 au vendredi 6 septembre 2024.

« Calder : Un effet du japonais » explorera la résonance durable de l’art du moderniste américain avec les traditions et les esthétiques japonaises. Commissariée par Alexander S. C. Rower, président de la Fondation Calder à New York, et organisée en collaboration avec la Pace Gallery, l’exposition comprendra environ 100 œuvres de la collection de la Fondation Calder couvrant les années 1930 à 1970. Ces œuvres incluent non seulement les célèbres mobiles, stabiles et mobiles sur pied de Calder, mais aussi ses peintures à l’huile et ses œuvres sur papier.

Bien que Calder ne se soit jamais rendu au Japon, il a été adopté par de nombreux artistes et poètes japonais de son vivant. Aujourd’hui, plus de deux douzaines de ses œuvres sont présentes dans 18 musées à travers le Japon. Dans l’esprit des collaborations de Calder avec les plus grands architectes de son époque, Stephanie Goto, basée à New York et collaboratrice de longue date de la Fondation Calder, a créé une conception d’exposition sur mesure ancrée dans la géométrie d’un triangle 3:4:5, qui présente des références élégantes et modernes à l’architecture et aux matériaux japonais.

« Calder : Un effet du japonais » est organisée dans le cadre d’un nouveau partenariat de commissariat entre la Galerie Azabudai Hills et la Pace Gallery, qui ouvrira un espace permanent en juillet 2024 dans le quartier Azabudai Hills de Tokyo. Pace travaille en étroite collaboration avec la succession Calder depuis 1984 et a présenté de nombreuses expositions des œuvres de Calder dans ses galeries à travers le monde, notamment à Hong Kong et Séoul. Pace Publishing publiera un nouveau catalogue en anglais et en japonais pour accompagner la prochaine exposition à Tokyo.

À propos d’Alexander Calder

Alexander Calder (né en 1898 à Lawnton, Pennsylvanie ; décédé en 1976 à New York City) est largement considéré comme l’un des artistes les plus importants du XXe siècle. Né dans une famille d’artistes célèbres mais plus classiquement formés, il a commencé sa pratique artistique en développant une nouvelle méthode de sculpture : en pliant et en tordant des fils de fer, il « dessinait » essentiellement des figures tridimensionnelles dans l’espace. Calder est surtout connu pour son invention du « mobile », dans lequel des éléments suspendus et abstraits se déplacent et s’équilibrent en harmonie changeante. Le terme « mobile », inventé par Marcel Duchamp en 1931, fait référence au « mouvement » et au « motif » en français. Certains des premiers mobiles étaient animés par des moteurs, bien que ces mécanismes aient été pratiquement abandonnés lorsque Calder a développé des objets répondant aux courants d’air, à la lumière, à l’humidité et à l’interaction humaine. En utilisant le mouvement comme élément clé dans ses mobiles suspendus, il fut l’un des premiers praticiens de l’art cinétique. Il a également créé des œuvres abstraites stationnaires que son collègue artiste Jean Arp a baptisées « stabiles ».

Bien qu’il soit surtout connu pour ses mobiles, qui ont transformé la conception moderne de la sculpture, Calder a également travaillé dans la peinture, le dessin, la gravure et la création de bijoux. À partir des années 1950, il se tourna vers des commandes internationales et se consacra de plus en plus à la réalisation de sculptures extérieures à grande échelle en plaques d’acier boulonnées — aujourd’hui, ces œuvres monumentales se trouvent dans des espaces publics du monde entier.

Étiqueté :
Partager cet article
Suivre :
Journaliste et artiste (photographe). Rédacteur en chef de la section artistique de MCM.
Laisser un commentaire